My Trend Lab

My Trend Lab

Menu
Chapelier Fou Philémon

Chapelier Fou Philémon

Chapelier Fou released his new album Muance on October 20th on the label Ici d'ailleurs.To carry the album, a piece entitled Philemon - of course chosen for its melodic qualities and its central addictive motive but mainly because it embodies Perfectly the general content of the disc Muance - acts as the first single. We can already say that we hold there one of the future classics of the composer. The new clip of Chapelier Fou plunges us into a dreamy and fantastic graphic universe.

Chapelier Fou sort son nouvel album Muance le 20 octobre prochain sur le label Ici d'ailleurs.Pour porter l'album, un morceau intitulé Philémon - bien sûr choisi pour ses qualités mélodiques et son motif central addictif, mais surtout parce qu'il incarne parfaitement la teneur générale du disque Muance - fait office de premier single. On peut d'ailleurs d'ores et déjà affirmer que nous tenons là un des futurs classiques du compositeur.Le nouveau clip de Chapelier Fou nous plonge dans un univers graphique onirique et fantastique.

 

"Le morceau Philémon amorce un univers à la fois poétique, surréaliste et entêtant. Composé autour d’un motif musical de 6 notes jouées en continu, la structure mélodique du morceau semble s’étirer à l’infini. Philémon évoque un voyage dans le temps et l’espace surprenant, ponctué par des changements de rythmes, des accélérations et décélérations… pour retrouver finalement un état d’équilibre à la fin du morceau. L’atmosphère qui s’en dégage est envoutante et psychédélique."

Béatrice Lartigue, l’artiste réalisatrice du clip qui illustre ce premier single de Chapelier Fou.

Muance as a contraction between "Mue" / "Mutation" and "Nuance". A mixture of words that perfectly corresponds to this idea of metamorphosis that has always haunted the reflection of the musician Chapelier Fou. Since 2009, the multi instrumentalist from Metz unveils a strong and captivating universe, with soft compositions where the instruments mix with electronic programming. In another epoch, one would have said simply "electronica", to describe this encounter of organic phrasings and synthetic rhythms, this superposition of atmospheres and feelings.
 
 Muance comme une contraction entre « Mue » / « Mutation » et « Nuance ». Un mélange de mots qui correspond parfaitement à cette idée de métamorphose qui hante depuis toujours la réflexion du musicien Chapelier Fou. Depuis 2009, le multi instrumentiste originaire de Metz dévoile un univers fort et captivant, avec des compositions douces où les instruments se mélangent à des programmations électroniques. A une autre époque, on aurait dit tout simplement « electronica », pour qualifier cette rencontre de phrasés organiques et de rythmiques synthétiques, cette superposition d’atmosphères et de sentiments. 
Pre-order now

In almost ten years, Chapelier Fou has imposed a singular signature over the maxis and albums that have found a good echo
The media and the public: 613 (2010), Invisible (2012), Deltas (2014), Kalia (2016),! (2017). To accompany all these productions, Chapelier Fou has toured around the world (Europe, Russia, China, North America).

Moreover, the music of Chapelier Fou met other artistic universes: the audiovisual, during the participation of the musician in the series Les Contes du Paris Perché; Digital art, with the interactive project:

The Metamorphoses of Mr. Kaliaimaginé with the collective of artists Lab212 and presented at the Barbican Center in London; Or contemporary art with an order from the Center Pompidou Metz to illustrate the exhibition Musicircus through six highlights, installations, performances and lives.
The previous album of Chapelier Fou, Deltas, marked a turning point in his artistic career. For the first time, he worked with other musicians - cello, viola, clarinet, guitar - to perform live. This gave him a taste for sharing, arrangements in common, and allowed him to approach his new long-format, Muance, with the desire for compositions without barrier, without limit.

Muance was realized over a long term, almost three years, with a session of one week with its musicians - alto violin, clarinet, guitar - captured in a studio in a house in the background of the Jura. Three pieces came out of this session which brought to Chapelier Fou a big bowl of fresh air in his way of making music. For the other compositions of the album, he shut himself up in his home studio, solo. A situation he obviously loves, in front of his machines and instruments, facing himself. He likes this experimental work, making music without knowing at the outset what will happen, how ideas will develop. Until it finds a resonance between the pieces, an overall balance: the album was born then, ready to face the ears of the world.

For this new long format, Chapelier Fou plays a wide variety of instruments (violin of course, his instrument fetish but also guitar, mandolin, bouzouki, synths and organ Farfisa). His compositions are also enriched with samples that he draws from old vinyls of bebop jazz, classical music or world music. This brings a certain change of scenery when Chapelier Fou borrows from his vinyls the phrasing of distant instruments: Peruvian flute, bandoura and balalaïka. With this instrument, Louis Warynski (his real name) evokes his Ukrainian roots.

En presque dix ans, Chapelier Fou a imposé une signature singulière au fil de maxis et d’albums qui ont trouvé un bel écho auprès
des médias comme du public : 613(2010), Invisible (2012), Deltas (2014), Kalia (2016), ! (2017). Pour accompagner toutes ces productions, Chapelier Fou a fait plusieurs tournées dans le monde entier (Europe, Russie, Chine, Amérique du Nord).
 
De plus, la musique de Chapelier Fou a rencontré d’autres univers artistiques : l’audiovisuel, lors de la participation du musicien à la série Les Contes du Paris Perché ; l’art numérique, avec le projet interactif :
 
Les Métamorphoses de Mr. Kaliaimaginé avec le collectif d’artistes Lab212 et présenté au Barbican Centre à Londres ; ou encore l’art contemporain avec une commande du Centre Pompidou Metz pour illustrer l’exposition Musicircus à travers six temps forts, installations, performances et lives.
L’album précédent de Chapelier Fou, Deltas, a marqué un tournant dans son parcours artistique. Pour la première fois, il a travaillé avec d’autres musiciens - violoncelle, violon alto, clarinette, guitare - pour se produire en live. Cela lui a donné le goût du partage, des arrangements mis en commun, et lui a permis d’aborder son nouveau long-format, Muance, avec l’envie de compositions sans barrière, sans limite.
 
Muance a été réalisé sur un long-terme, près de trois ans, avec une session d’une semaine avec ses musiciens - violon alto, clarinette, guitare - captée dans un studio aménagé dans une maison au fin fond du Jura. Trois morceaux sont ressortis de cette session qui a amené à Chapelier Fou un grand bol d’air frais dans sa manière de faire de la musique. Pour les autres compositions de l’album, il s’est enfermé dans son home studio, en solo. Une situation qu’il aime évidemment particulièrement, face à ses machines et ses instruments, face à lui-même. Il affectionne ce travail d’expérimentation, de confection de musique sans savoir au départ ce qui va se produire, comment vont se développer les idées. Jusqu’à trouver une résonance entre les morceaux, un équilibre d’ensemble : l’album est né alors, prêt à affronter les oreilles du monde.
 
Pour ce nouveau long-format, Chapelier Fou joue d’une grande variété d’instruments (violon bien sûr, son instrument fétiche, mais aussi guitare, mandoline, bouzouki, synthés et orgue Farfisa). Ses compositions s’enrichissent aussi de samples qu’il puise dans des vieux vinyles de jazz bebop, de musique classique ou de musiques du monde. Cela apporte un dépaysement certain quand Chapelier Fou emprunte à ses vinyles des phrasés d’instruments éloignés : flûte péruvienne, bandoura et balalaïka. Avec ce dernier instrument, Louis Warynski (son vrai nom) évoque ainsi ses racines ukrainiennes.

CHAPELIER FOU - Tea Tea Tea (Official Video)